Les Chevaliers d’Emeraude, Tome 1, Anne Robillard :

Résumé :

L’Empereur Noir, Amecareth, a levé ses armées monstrueuses pour envahir les royaumes d’Enkidiev. Bientôt, le continent subit les attaques féroces de ses dragons et hommes insectes. Pourquoi mettre à feu et à sang les terres glacées de Shola après des siècles de paix ?

Les Chevaliers d’Emeraude sont les seuls à pouvoir percer ce mystère et repousser les forces du Mal. Ils devront pour cela accomplir l’étrange prophétie qui lie Kira, une petite fille de deux, au sort du monde.

La quête commence…

Mon avis :

J’avais commencé à lire cette saga quand j’avais 12-13 ans et j’avais finalement abandonné vu le très grand nombre de tomes. Pourtant je me rappelle avoir vraiment adhéré aux personnages et à l’histoire.

Un membre de ma famille m’a récemment offert le tome 1, j’ai donc décidé de me replonger dans la série.

L’histoire se déroule sur le continent d’Enkidiev, constitué d’une multitude de royaumes qui vivent paisiblement. Mais une attaque menée par l’Empereur Noir va venir rompre cette quiétude. Seuls les chevaliers d’Enkidiev semblent être en mesure de combattre cette menace.

Dans l’ensemble, j’ai bien aimé cette lecture même si certaines choses m’ont beaucoup dérangée. L’histoire en elle-même est plutôt bonne, même si ce n’est pas forcément très original : un univers médiéval fantasy avec de bons chevaliers qui vont combattre des créatures maléfiques. Cependant, certaines actions m’ont parues vraiment trop longues notamment le récit des chevaliers prévenant chaque royaume du danger qu’il court.

La personnalité des personnages est également un peu trop clichée : par exemple Wellan, le chevalier parfait mais pas trop, Chloé la seule femme du groupe qui apporte de la douceur etc.

Le style d’écriture est très accessible, voire parfois un peu trop enfantin mais il faut se rappeler que cette saga s’adresse aux jeunes adolescents.

Les points positifs de ce premier tome restent les descriptions des paysages/royaumes qui nous permettent de mieux nous ancrer dans le récit. L’univers d’Enkidiev a été très bien construit par Anne Robillard. J’ai également aimé la fin, qui nous tient en haleine pour la suite (qui fait tout de même 11 tomes…).

Pour finir, je ne sais pas si je continuerais tout de suite cette saga, d’autres livres me tentent plus en ce moment. Même si j’ai apprécié cette lecture, je pense qu’elle est mieux adaptée à un public un peu plus jeune.

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s